Guillaume Bourquin

Guillaume Bourquin

Venu de la philosophie, c’est tout naturellement que les textes se sont mis en image devant moi. D’abord dans la somnolence de longues soirées d’étude où la page s’animait de mille mouvements comme autant de codes génétiques qui se tortillent de-ci de-là. Puis des caractères devenus blancs sur un fond de page devenu noir furent les seuls signes de ce passage de la philosophie à la peinture. Pris dans un mouvement plus vaste dans lequel l’image, partout, supplante le texte, ce dernier ne peut se sauver qu’en devenant à son tour objet de peinture comme se fut le cas dans d’autres traditions. C’est alors que les mots, les phrases les chapitres, les alinéas, les points de suspension prirent sens dans l’espace. Les uns montant, les autres descendant, dans le cercle, le carré, la courbe et la droite. Les textes tentèrent de sauver leur peau en prenant la pose, en jouant les paysages. Le projet se précisa, il s’agissait bien de faire un Mémorial des cultures humaines. Sortir de l’oubli et de la mort, des textes que je voyais chaque jour, en tant que professeur, un peu plus s’y enfoncer. Oui, à l’heure de l’informatique et du stockage en grand de l’information, il fallait lutter de toute la force de la plume et de l’encre contre l’ensevelissement des pensées de tous ceux qui nous ont fait aimer le monde et qui finiront de tirer leurs révérences au moment où nous entrerons dans les ténèbres.

home

homewww.guillaumebourquin.com

posta guillaume.bourquin@orange.fr

Il lavoro che conduco adesso è dunque quello di trascrivere sulla tela alcuni dei principali testi dell’umanità: Descartes, Lao Tseu, Pascal, Proust, Nietzsche, Céline, Adam Smith, San Matteo, Kierkegaard, Malraux, Kant, Epictète, Rousseau, Mann, Levi Strauss, Dante, Cristoforo Colombo, Merleau-Ponty, Omero, etc ... Nel presentare questi testi cerco non solo di farli uscire dall'oblio, ma soprattutto di mettere in scena la loro inevitabile sparizione. Lo spettatore si confronta con la mia proposta di leggere questi testi scelti e al tempo stesso con la presa di coscienza della sua riluttanza a farlo. Là si pone la domanda se si tratti effettivamente di pittura e la domanda é legittima. Ecco perché io stesso ho scelto di chiamarmi Pittoscrittore e di intitolare questa serie di quadri: Dipinti Scritti.

Guillaume Bourquin